samedi 30 janvier 2010

Georges Frêche, l'élu des cons ?

.

Gustave DORE - Illustration pour "Gargantua" (19e s.) - Estampe
.
Le cas de Georges Frêche est bien mesquin, au regard de l'actualité mondiale.
Mais il est emblématique d’une certaine manière de pratiquer la politique, avec une "théorie des choix publics" particulièrement cynique !
Car loin d’être raciste ou antisémite, c’est d’abord un homme qui connaît parfaitement son électorat et qui sait varier les postures et les actions politiques, pour en toucher la plus large partie.
Il l’avait d’ailleurs expliqué un jour à ses étudiants, à l'Université de Montpellier en 2008... Voici une partie de l’enregistrement, à écouter absolument tellement c’est édifiant !
.
Extraits :
" [...] quand je ferai campagne dans deux ans pour être de nouveau élu, je ferai campagne sur des conneries populaires, pas sur des trucs intelligents que j'aurai fait."
"Les cons sont majoritaires, et moi j'ai toujours été élu par une majorité de cons [...]"
"[...] vous vous faites élire, six ans. Les deux premières années, vous devenez maximum impopulaire [...]. Ensuite deux ans vous laissez reposer le flan, vous faites des trucs plus calmes. Et les deux dernières années, plus rien du tout, des fontaines, des fleurs et des bonnes paroles [...]"


.
Georges Frêche est l’archétype du "baron" local, faisant partie d’une élite mais qui sait "faire peuple", avec sa truculence, sa gouaille, sa bonhommie... Ce qui attire les bulletins des "électeurs populaires" qui votent pourtant "UMP" ou "FN" au niveau national et européen.
C'est la recette-miracle, pour pouvoir "durer" contre vents et marées, c'est-à-dire pour cumuler les mandats dans le temps !
.
Il y aurait encore beaucoup à dire, par exemple sur l’attitude ambigüe ou maladroite du P.S, à l'égard de ce personnage… mais c’est un autre sujet.
.
Source : "Georges Frêche ou le caillou dans la chaussure" (blog de Romain Pigenel)

5 commentaires:

lliane a dit…

C'est pas édifiant c'est juste, parce que c'est çà la politique.

La démocratie c'est se mettre au niveau du peuple, les français sont des veaux après tout.

TD a dit…

J'ai bien noté que "se mettre au niveau du peuple", ça marche, puisque c'est un "élu" depuis 1973 !

Mais si on accepte ces pratiques, il faut aussi réguler leurs dérives néfastes.

Par exemple, ne "rien faire" les deux dernières années d'un mandat : c'est surtout dommageable quand les mandats sont courts. Dans ce cas, le passage du "septennat" présidentiel au "quinquennat" est une connerie !

Thyl a dit…

Il ne faudrait pas se masquer qu'il arrive aussi que les "ficelles" de Frêche soient utilisées en Thiérache. Dans un genre généralement plus mineur (Frêche est un intello à imaginations) mais aussi crapoteuses sur le fond.
Personne n'en fait la chronique parceque la presse libre (au sens où l'entendait le CNR) y est à peu près inexistante. J'ai un petit carnet, sorte de florilège, où je note les saillies de ce genre entendues en réunions publiques diverses... un réservoir pour une fiction facétieuse à venir.
La façon dont le seul socialiste municipal "réglo" de la section a été ejecté de la vie publique municipale guisarde avec la participation active d'acteurs masqués mais aussi d'une partie de nos grands notables mériterait aussi une chronique facétieuse.
Ce n'est pas une tâche urgente en période électorale mais il faudra peut-être y repenser histoire de se dérider un peu les zigomatiques (rire jaune trop longtemps finit par donner des crampes.

TD a dit…

Thyl, quand tu parles du "seul socialiste municipal réglo de la section", tu en oublies une... qui a aussi été "réglo" (financièrement, si c'était bien ton allusion).

Y repenser... oui, pourquoi pas ?
Mais pendant ce temps, certains ne se contentent pas de penser. A droite comme à gauche, y compris au niveau local, on se positionne déjà en pensant à 2012, 2014, etc.

Je crois avoir compris que la politique, c'était une partie d'échecs.
Et ceux qui n'avancent pas les pions... sont les pions !
Certains pions ont un avenir, d'autres se font bouffer avant la fin de la partie, alors qu'ils n'avaient rien demandé.

Thyl a dit…

Excuse moi j'avais cru comprendre qu'elle ne s'acquittait plus de ses cotisations d'élue. Il est aussi légèrement inquiétant pour son avenir politique à Guise qu'après avoir été suppléante aux élections cantonales, elle ne soit plus qu'en sixième position sur la liste qui vient de gagner les élections.
Comprend bien aussi que mes remarques ne visaient pas à éterniser ces querelles mais plutôt à dire les choses une bonne fois pour toute pour ensuite pouvoir tranquillement tourner la page. Tout ce qui reste sous les tapis n'aide généralement pas à apurer les contentieux et à progresser.