mercredi 21 avril 2010

La haine des élus

.

Ralph SOUPAULT - Le géant Sennep (1933)
.
Concilier une mission d'élu(e) et un travail salarié, ça évite de devenir "professionnel de la politique" et ça garantit une meilleure représentativité sociale de nos élus. Mais ce n'est pas toujours facile...
.
Claudine, salariée et conseillère régionale, a le droit de s'absenter pour remplir ses missions d'élue. La plupart des absences ne sont pas rémunérées, mais compensées par une indemnité d'élue (source).
.
Récemment, un collègue infirmier de Claudine lui a reproché ses absences : il craint de devoir accepter de la remplacer, à des horaires qui ne lui conviennent pas !
Claudine lui a expliqué qu'elle avait droit à certaines absences, comme les syndicalistes, par exemple.
Réponse du collègue : " C'est pas pareil ! Les syndicalistes, ils font ça pour nous défendre ! Tandis que les élus, ils font ça pour eux ! Et puis je connais un maire-adjoint, il s'absente moins que toi ! "
.
Voilà un discours populiste et anti-parlementariste, qui mérite une mise au point...
Les élus ne sont pas (tous) des apparatchiks inutiles, qui courrent après la gloire ou le cumul des indemnités. En particulier, les élus du Conseil Régional sont chargés de défendre notre région et leurs habitants, en finançant différents secteurs publics et privés (les 278 aides régionales ici). Quant aux "bienfaits" liés à leur fonction, ils sont dérisoires en comparaison des avantage et privilèges de nos ministres.
.
Enfin, la comparaison avec un maire-adjoint est inepte : quel maire adjoint, en Picardie, participe à la gestion d'un budget d'environ un milliard d'euros ?
.
Une très faible minorité de collègues semble penser comme cet infirmier, pendant que la plupart sont bienveillants, voire même fiers de la présence d'une élue parmi eux.
Espérons que la Direction soit plus compréhensive que le collègue hargneux, car Claudine est aide-soignante en CDD, renouvelable bientôt...
.
.
Commentaire de l'illustration :
Cette caricature pleine-page, en noir et blanc, est extraite de Fantasio, petit hebdomadaire parisien d’échos et d’humour (1906-1936), tiré à quelques dizaines de milliers d’exemplaires. Ralph Soupault (1904-1962) est un jeune dessinateur de presse qui, après avoir débuté dans la presse d’extrême gauche, rejoignit l’Action française au milieu des années 1920.
La France, à cette époque, s’installe dans la crise économique. Appliquant les mêmes méthodes, les divers gouvernements de centre droit ou de centre gauche renoncent un à un au bout de quelques mois. L’instabilité ministérielle provoque alors une montée de l’antiparlementarisme et une violente mise en cause des institutions de la IIIe République, portées par les ligues d’extrême droite.

Aucun commentaire: