dimanche 18 janvier 2009

Section de Guise : augmenter les cotisations ?

.


Pendant la période du congrès de Reims, j'ai défendu l'idée d'un "parti de masse", avec une "cotisation modique" (environ 20 €) pour tous. Ce n'était pas l'avis de Martine Aubry, qui avait déclaré que quand on est militant, l'argent n'est pas un problème (citation de mémoire).

On reste donc avec le même système qu'auparavant : sur chaque cotisation versée à la section, 48 € doivent être reversés à la Fédération PS de l'Aisne.

Les frais de fonctionnement d'une section proviennent donc :

- soit des "cotisations d'élus" socialistes, dont ceux-ci doivent s'acquitter (en plus de leur cotisation d'adhérent) et dont 40 % revient à leur Section.
- soit d'une majoration des cotisations d'adhérents, au-delà des 48 € reversés à la Fédération.

A l'époque, la section de Guise comptait plusieurs élus parmi ses adhérents. Leurs "cotisations d'élus" couvraient les frais de la Section, qui pouvait se permettre de demander une "cotisation d'adhérent" minimale (48 €).

A présent, la situation a changé et notre unique "cotisation d'élue" (Estelle) ne suffit pas à couvrir :
- les frais bancaires (environ 90 € par an)
- les photocopies, timbres, enveloppes (environ 200 € par an)
- les frais divers : "verres de l'amitié", matériels divers, organisation d'une "fête de la Rose", etc...

J'ai évalué à 55 € (environ) le montant moyen des cotisations, pour financer les frais bancaires et les courriers seulement. Soit 5 € d'augmentation par rapport à 2008...

Ce suis conscient qu'on s'éloigne des 20 € proposés par Ségolène Royal... Mais les socialistes ont majoritairement voté contre le "parti de supporters". Alors assumons...

J'imagine deux possibilités :

1) soit une cotisation unique, d'environ 55 €, pour tous les adhérents.

2) soit une cotisation progressive, inférieure à 55 euros pour certains et supérieure pour d'autres. Ce serait la solution la plus équitable, mais la plus délicate à mettre en oeuvre :
- Comment identifier ceux qui ont le plus besoin d'un''tarif réduit", sachant que certains chômeurs ou retraités peuvent avoir plus de revenus que des "travailleurs pauvres" ?
- Quelle serait l'échelle des montants ? Plutôt 20 € / 50 € / 80 € ou plutôt 40 € / 60 € ?

Je sais que les temps sont déjà durs... mais 60 €, après tout, c'est 5 € par mois !
Et je connais l'argument : "une augmentation des adhésions fera fuir les militants"... mais une cotisation minimale en 2008, en a fait fuir la moitié, de toute façon ! D'autre part, en cas de cotisation progressive, environ le tiers des socialistes auraient droit à un montant inférieur à 48 €, ce qui pourrait les convaincre de ré-adhérer.
Je sais aussi que nous pouvons trouver d'autres sources de financement (organisation de lotos, vaste campagne d"adhésion, ...). Mais ces solutions sont aléatoires et si elles fonctionnent, elles permettront seulement d'augmenter nos "frais divers" (apéritifs, matériels, manifestations, ...).

Ce message s'adressait d'abord aux autres membres de la Commission Administrative.
Si la C.A. veut plafonner les cotisations à 50 €, alors il faudra me proposer d'autres sources de financement certaines. Ou alors soumettre le débat en Assemblée Générale, le 23 janvier prochain.

Illustration :
Marinus van REYMERSWAELE - Le changeur de monnaie et sa femme (1539)

2 commentaires:

Claude a dit…

Plutôt que d'augmenter les cotisations je propose la solution suivante : soustraire de la part de la fédé 10 ou 15 euros de la part qui lui revient sur nos cotisations. Ce serait une sanction méritée du fait : 1/que la fédération ne sanctionne pas le non paiement des cotisations d'élus et en plus ne motive pas cette chose.
2 / qu'elle nous a privé de façon arbitraire et non motivée de droit de vote lors de la désignation des candidats aux élections municipales et cantonales. Bien entendu j'ai conscience que c'est illégal par rapport aux statuts mais au moins ça opposerait une illégalité à une autre et aurait le mérite de contraindre la fédé à un débat sur ces questions qui restent d'ordinaire sous le tapis.

Claude a dit…

Dans le cadre de la rénovation du parti, la section de Guise pourrait prendre une initiative pertinente qui consisterait à demander aux autres sections et fédérations si notre situation, eu égard au non paiement des cotisations d'élus, est marginale ou bien si c'est une chose qui est "monnaie courante" dans le parti. Cela contribuerait peut-être à aider la direction nationale à réfléchir à une rénovation de nos règles statutaires et à une répartition des ressources moins défavorable aux sections dans la perspective ou il serait d'actualité de faire vivre un parti de militants. Bien entendu si on rêve d'un parti de groupies ne changeons rien.
Un autre facteur qui apauvrit le parti c'est le cumul assez généralisé des mandats. Et ce cumul n'appauvrit pas le parti seulement humainement en le privant du renouvellement des générations et de nouveaux talents, ...mais aussi financièrement ! En effet à partir d'un certain niveau d'indemnités (autour de 10 000 Euros/mois ce me semble, niveau d'indemnités que doivent atteindre 2 ou 3 élus du département), les indemnités cumulées sont plafonnées. Ce qui bien entendu prive aussi le parti de ressources.