samedi 22 mai 2010

L’élève idéal est d’extrême droite !

.

Un petit francais regarde bien en face (1943)
.
Emoi dans la salle des profs : une collègue nous apprend que Clément est d’extrême-droite, si on en croit son profil-Facebook !
Clément, c’est un des élèves-modèles de mon lycée : extrêmement doué dans toutes les matières, extrêmement sociable avec ses camarades et les personnels, extrêmement admiré par l’ensemble du lycée…
.
Mais son profil-Facebook affiche des liens vers les pages :
« 1 million de français avec Jean-Marie Le Pen »
« Fier d’être français »
« Contre les cons qui sifflent la marseillaise et crachent sur la France »
« Armée de Terre »
« Verre plein j’te vide, verre vide j’te plains »
.
Pour compléter le tableau, ajoutez à ce faisceau de sympathies extrêmement douteux, les citations favorites de Clément :
« Impossible n’est pas français »
« Le travail c’est la santé ».
.
Attention, pas de malentendu : je respecte le patriotisme, la passion pour la Défense Nationale, le goût pour l’alcool et pour le travail… mais leur cumul me semble un peu indigeste !
Je ne reconnais pas Clément dans ce profil caricatural et stéréotypé (il ne manque que la religion !)... Mais peut-être qu’à travers le filtre du système scolaire, on ne perçoit que son goût pour le travail et la discipline, qu’on apprécie tant quand on est enseignant.
.
En poursuivant ma navigation, je tombe sur le profil de Fabien, un ami-Facebook de Clément...
Fabien est aussi un de mes élèves. Assez passif en classe, peu intéressé par les maths, nos rapports sont distants et parfois tendus. Fabien me donne l’impression d’être un adolescent qui ne s’intéresse à rien.
.
Pourtant, le profil de Fabien m’indique qu’il est de Gauche (proche du PC), qu’il aime "In the mood for love" et "Arte documentaires"…. comme moi !
Mais ce n'est pas en cours de mathématiques qu'on peut se rendre compte de la culture, de la sensibilité et des engagements de Fabien.
.
Ca m’apprendra : j'avais un avis tranché sur certains de mes élèves et j’étais à côté de la plaque !
.
Ce qui me rassure, c’est que nos rapports 'professionnels' sont indépendantes de nos affinités politiques, preuve que j’ai bien respecté mon « devoir de réserve ».
Ce qui me rassure moins, c’est qu’en poussant la réserve à tous mes centres d’intérêts, je suis passé à côté de certaines complicités, propices à une bonne ambiance de travail.
.
On passe des dizaines d'heures ensemble et on ne se connait pas...
Parfois, un élève me demande : « M’sieur, les maths c’est toute vot’ vie ?! ». Mon p’tit gars, si tu connaissais ma vie, tu serais surpris…
.
NB : les prénoms des deux élèves cités sont faux, par soucis de confidentialité.

8 commentaires:

Homer a dit…

Attention: nous sommes souvent modélisés politiquement par la situation ou l'avis de nos parents... S'il sait faire preuve d'intelligence, l'enfant se confortera ou se détachera de lui-même.

(saque-le, fout lui un 5/20...)

Gwendal a dit…

Le profil Facebook comme aide à la pédagogie... Intéressant comme concept !

Thierry D. a dit…

Homer,
Evidemment, Clément est le résultat d'une certaine éducation. Mais peu d'enfants-ados affichent des opinions politiques, ce qui le rend encore plus "spécial".
Quant à l'idée de le saquer (je sais que tu plaisantes !), elle est exclue :
- d'abord parce que j'ai des principes déontologiques,
- ensuite parce que l'image du prof qui met des "notes de gueules" est un mythe inventé par les cancres. Toute "évaluation" a un barême précis, qui empêche toute dérive (notamment en maths : quand c'est juste... c'est juste !).

Thierry D. a dit…

Gwendal,
Ce "concept" a été trouvé bien involontairement !
Je suis prof depuis 15 ans et je n'ai toujours pas la réponse à deux questions complémentaires:
"Faut-il garder une distance avec les élèves, au risque de démotiver ceux qui fonctionnent 'à l'émotion' ?"
"Faut-il s'essayer à une proximité avec les élèves, au risque dériver vers la familièreté ou la démagogie ?"

Gwendal a dit…

M’est avis que tu peux encore attendre quinze ans, tu n’auras toujours pas la réponse !
Comme ça, à l’instinct, j’aurais envie de te dire qu’il n’y a pas de règles et que cela devrait ce faire individuellement en fonction de chaque élève... Mais encore faut-il avoir le temps de se pencher sur chaque cas particulier.

Thierry D. a dit…

Gwendal,
cette solution est impossible : je ne peux imaginer gérer une classe, en jouant la "proximlité" avec une seule partie des élèves... Je serais accusé d'avoir des "chouchous" !
Par contre, je peux organiser des activités (mathématiques) sur des thèmes qui intéressent les élèves récalcitrants (chasse, pêche, musique, arts plastiques, ...). Je l'ai fait, ça "marche" bien mais ça demande un tel travail de préparation que je ne peux pas le faire systématiquement !

captainhaka a dit…

J'ose ajouter que l'élève idéal est intelligent. Pour parodier le Kim-Jong Il picto-charentais, je dirais que l'intelligence du coeur, pendant nécessaire à l'intelligence intellectuelle, empêche fatalement d'adhérer aux thèses fascistes. Je pense comme Homer : ton élève pour le moment, c'est juste un petit con doué et quand il arrêtera de faire pipi au lit, il cessera d'écrire des bêtises sur son fessebouc. :^)

Bon blog ! Je suis preneur.

Thierry D. a dit…

CaptainHaka "le Grumeau",
Rôôôô la laaaaa, ça fait toujours plaisir, un compliment d'un bon blogueur !
D'accord pour dire que malgré son talent, ce jeune homme n'est pas très fûté.
Je m'en suis rendu compte en lisant son profil : il ne recherche pas "un homme", "une femme" ou "des amis", mais un "réseau professionnel" (il veut être artisan) !
Dans ce cas là, c'est vraiment pas malin de se fermer des portes en affichant ses opinions politiques...